[Test] Citroën Ami – 100% ëlectric: une voiture électrique entre deux mondes

Translating…

En lançant une voiturette électrique à prix canon, design étonnant et marketing très poussé, Citroën jette un pavé dans la mare. À son volant, nous avons cherché à comprendre quel pourrait être l’usage judicieux de cet étrange engin de mobilité.

Comme de nombreuses personnes croisées dans la rue lors de notre parcours d’essai dans Paris, vous avez probablement déjà entendu parler de ce petit engin signé Citroën, vendu en ligne, sur le site de la marque, chez certains concessionnaires et chezFnacouDarty.

Et comme elles, vous tournerez forcément la tête quand vous en verrez une passer. Car ce « pot de yaourt » format XXS est tout sauf banal. C’est même déjà une question de vocabulaire : la marque française préfère le terme objet plutôt que voiture et en effet, il s’agit d’un quadricycle à moteur, conduisible dès 14 ans sans permis (BSR en poche) et limité à 45 km/h (ce qui n’est pas anodin, nous y reviendrons). Son nom officiel un peu long est symptomatique du gros travail marketing effectué autour de l’engin :Citroën Ami – 100% ëlectric. Car Citroën joue sur le côté sympa de l’engin, avec ce nom décliné à volonté avec des jeux de mots (my Ami pour des packs de personnalisation, Ami Ami pour le modèle de base…).

Il a des airs de gros jouet avec sa carrosserie en plastique, symétrique entre l’avant et l’arrière qui utilisent les mêmes pièces, tout comme les portes qui du coup, s’ouvrent chacune dans un sens différent. Tout est fait à l’économie et ça se voit bien, mais pour autant, on ne peut pas dire que l’ensemble donne l’impression d’être bâclé. Les portes font un bruit rassurant quand on les claque, l’intérieur semble costaud et il n’y a pas de bruits parasites quand on roule. Mais tout est basique dans cet engin fabriqué dans l’usine du groupe au Maroc : plastiques bruts, structure du toit apparente, sièges en mousse (très) dure, sangle en tissu pour ouvrir et fermer les portes…

Des packs d’accessoires (compter 400 €) à monter soi-même sont disponibles pour améliorer l’ordinaire à coups d’enjoliveurs de roues et d’autocollants colorés (une seule teinte de carrosserie gris bleuté au programme), voire de films de « covering » complet, comme les 20 autos exposées devant le centre d’essai presse, avec des vues d’artistes représentant les 20 arrondissements de Paris. Dans l’habitacle aussi, il faut passer par la case accessoires pour s’offrir des bacs de rangements, filets de maintien ou un support de smartphone, pourtant indispensable : pas d’autoradio (une enceinte Ultimate Ears Boom 3 personnalisée se charge de la sono pour 149 €) ni bien sûr de navigation intégrée au programme. Un simple écran affiche juste la vitesse, l’autonomie restante et le kilométrage total. Le toit panoramique est, lui, de série, mais sans store, il transforme l’auto en verrière l’été. Cela fera partie des accessoires indispensables, tout comme le rétroviseur intérieur (!) ou des mousses de sièges un peu plus souples. Il faudra aussi acheter un dongle spécifique [email protected] (52 €) pour connecter l’auto avec l’application mobile My Citroën. Elle permet de consulter à distance l’autonomie, l’état de charge et le temps restant pour une charge à 100%. L’appli permet aussi la localisation des bornes de recharge publiques avec Free2Move Services.

Bref, de quoi alourdir l’addition alors que le modèle de base est vendu à un prix canon de 6 900 €, auquel il faut retrancher 900 € de bonus écologique, soit 6 000 €, à peu près le double d’un scooter électrique, et moins de la moitié d’une voiturette électrique de la gamme d’un spécialiste du genre comme Aixam. Et c’est aussi un tiers de moins que la Renault Twizy. L’Ami peut aussi être louée à partir de 19,99 €/mois (avec un gros premier loyer de 2 641 €, bonus écologique déduit, sur 48 mois). Une livraison à domicile avec mise en mains par un « product genius » peut être choisie (200 €) et l’assurance est limitée à 270 €/an. Enfin, l’Ami est disponible dans la flotte d’autopartage du groupe PSA à Paris, Free2Move, mais avec un tarif trop élevé de 0,39 cts/min (sans abonnement), égal aux autres véhicules disponibles (Peugeot Ion ou e-208). C’est surtout un bon moyen de l’essayer tranquillement, à partir de 16 ans.

Au volant de l’Ami

Alors, quelles sensations a-t-on au volant d’un tel engin ? Eh bien, passé une petite période d’adaptation, on se sent bien dans ce semblant d’auto ! Certes, les 6 kW du petit moteur ne donnent pas des accélérations très fortes, mais cela suffit bien pour s’intégrer dans le trafic parisien en douceur, à la manière d’un Cityscoot par exemple pour le côté performance. Il suffit souvent de lever le pied et profiter ainsi du freinage régénératif pour arrêter à un feu cet engin de moins de 500 kg. La direction non assistée est légère et l’engin, tout petit (2,41 x 1,39 m) se montre très maniable. On peut ainsi faire facilement demi-tour dans une rue sans manœuvrer et se faufiler dans le trafic dense. Mais attention à ne pas s’égarer dans une rampe d’accès du périphérique : avec 45 km/h maxi, il est interdit à l’Ami… Voilà qui limite l’usage aux centres villes, mais aussi aux petites distances à la campagne ou sur un lieu de villégiature. Les profils de clientèle potentielle sont d’ailleurs très divers, des ados aux retraités, en passant par des usagers urbains ou des flottes professionnelles. Dans tous les cas, il faudra bien un endroit pour la recharge. La petite batterie de 5,5 kWh offre jusqu’à 70 km d’autonomie et sa charge se fait en 3 h sur une prise normale ou une prise publique (moyennant l’usage d’un adaptateur type 2).

Le confort de l’Ami est correct, du genre ferme, et les sièges au revêtement décidément trop raide n’aident pas à arrondir les angles. La tenue de route se montre franchement rassurante, tout comme le freinage. Il faut dire que les trains roulants utilisent certains éléments de la gamme du constructeur. Le bruit du petit moteur électrique fourni par Valeo est très présent, mais pas vraiment désagréable. L’habitacle est étonnamment vaste et lumineux et deux passagers seront à l’aise. Il y a un espace profond devant le siège droit pour poser un bagage cabine (pas de coffre ici). Les fenêtres s’entrouvrent pour aérer et un chauffage rudimentaire est présent, très bruyant.

Question sécurité, rappelons que l’Ami n’est pas une voiture et donc, pas sujette aux mêmes contraintes d’homologation. Pas d’ABS ni ESP, pas de crash-tests ni airbags. Bref, s’il est plus sûr de rouler dans une « boîte » que sur un deux-roues, la résistance en cas de choc sera très limitée.

Découvrez notre vidéo de la Citroën Ami

Où l’acheter ?

Cette Citroën Ami est vendue en ligne,sur le site de la marque, ainsi que chez certains concessionnaires, mais également chezFnacouDarty!

Commander chez FNACCommander chez DARTY

Caractéristiques techniques de laCitroën Ami – 100 % ëlectric

  • Longueur : 2,41 m
  • Largeur : 1,39 m
  • Hauteur : 1,52 m
  • Diamètre de braquage : 7,2 m
  • Poids à vide : 485 kg
  • Puissance : 6 kW
  • Transmission : 1 rapport
  • Vitesse maximale : 45 km/h
  • Capacité de la batterie : 5,5 kWh
  • Autonomie (norme WMTC) : 75 km
  • Temps de charge : 3 h sur une prise standard
  • Prix : à partir de 6 900 €
  • Bonus écologique : 900 €
  • Garantie : 2 ans km illimités (batteries : 3 ans ou 40 000 km)

Lees Verder

Plaats een reactie