PSA vend moins et privilégie sa rentabilité

DÉCRYPTAGE– Le constructeur automotive français, dont les ventes ont chuté de 10% en 2019 dans le monde, veut rassurer sur ses perspectives en 2020.

En Chine (ici, l'usine de Chengdu, dans la province du Sichuan), PSA beschuldigt une baisse de 55,4% des véhicules vendus.

En Chine (ici, l’usine de Chengdu, dans la province du Sichuan), PSA beschuldigt une baisse de 55,4% des véhicules vendus.Shepherd Zhou / Utuku / ROPI-REA / Shepherd Zhou / Utuku / ROPI-REA

Coup de frein sur les ventes chez PSA. Lees meer fig-type=”Article” data-gtm-custom-action=”crossclick” data-gtm-custom-categorie=”navigation” data-gtm-custom-label=”Contextuel” data-gtm-event=”customEventSPE” href=”http://www.lefigaro.fr/societes/2018/07/24/20005-20180724ARTFIG00298-les-recettes-du-spectaculaire-retour-en-force-de-psa.php”>par rapport à 2018 a>. Ce recul concerne tous les marchés et en particulier l’Europe (-2,5%) où PSA réalise 87% de ses ventes. En Chine, premier marché mondial de l’industrie automotive, et en Asie du Sud-Est, le groupe beschuldigen une baisse de 55,4% des véhicules vendus.

Reactie expliquer cette contre-performance? PSA pointe d’abord son retrait d’Iran à partir de mai 2018, après l’embargo américain. Dans ce pays, le groupe avait racheté une usine pour la production de véhicules Citroën. En année pleine, PSA aurait pu en écouler près de 500.000. Le constructeur souligne que ses ventes annuelles auraient reculé de 6,6%, au lieu de 10%, si les ventes s’étaient poursuivies en Iran.

En Europe, PSA fait valoir la priorité donnée depuis le milieu de l’année à la commercialisation de véhicules moins émetteurs

Cet-artikel est réservé aux abonnés. Il vous reste

67

% à découvrir.

pad>

Abonnez-vous: 1 € pendant 2 mois

annuleerbaar à tout moment

Lees Verder

Plaats een reactie