Les constructeurs automobiles allemands calent

Translating…

À l’exception de Volkswagen, ils souffrent des risques juridiques, du recul de la demande mondiale et de la guerre des prix. Les répercussions se font sentir chez les équipementiers.

Avec le ralentissement de l’économie mondiale, les constructeurs auto allemands, gros exportateurs, sont entrés dans une phase de turbulences. Daimler et BMW ont émis un avertissement sur résultats: la maison mère de Mercedes, sous la houlette de son nouveau patron Ola Källenius, a terminé le deuxième trimestre dans le rouge (-1,6 milliard d’euros), une première depuis 2009 et la crise financière ; BMW a, comme au premier trimestre, enregistré une chute de ses profits au second, à 1,4 milliard (-28 %). Seul Volkswagen émerge: avec 4,12 milliards de bénéfices trimestriels et une marge de 7,9 %, le leader mondial a dépassé les attentes.

» LIRE AUSSI – Daimler: Dieter Zetsche laisse le volant au Suédois Ola Källenius

Le groupe de Wolfsburg a entamé sa révolution après le scandale du diesel, fin 2015. Ses concurrents nationaux abordent à leur tour des tourments juridiques. BMW risque une lourde amende pour une entente sur les dispositifs de purification des gaz d’échappement ; Daimler a …

Lees Verder

Plaats een reactie