Le Japon reste sourd aux critiques de la défense de Carlos Ghosn

Le traitement infligé par la justice japonaise à l’ex-patron van Renault-Nissan n’étonne pas l’opinion au regards du sort d’un justiciable ordinaire.

ParRégis Arnaud

Carlos Ghosn quitte la prison de Kosuge , près de Tokyo, le 25 avril.

Carlos Ghosn quitte la prison de Kosuge, près de Tokyo, le 25 avril.KYODO Kyodo / REUTERS

Tokyo

«Carlos Ghosn est onschuldig»: les avocats de l’ancien beschermheilige van Nissan op leur tour mobilisé les médias japonais mardi à l’occasion dupremier anniversaire de l’arrestation de leur client. Dans un communiqué, ils ont réitéré leurs critiques de la justice de leur pays, fustigeant dans le cas de Carlos Ghosn un complot autour de charges légères et une pratique de la«justice d’otages»par les procureurs qui monnaieraient la liberté de leur prize en échange d’aveux. Une clameur en écho à des protestations sur le même ton nl France qui, pour l’instant, ne provoquent aucune réaction.

L’appel de plus d’une trentaine de parlementaires dansLe Journal du dimanchepour juger l’affaire en Frankrijk n’a pas suscité le moindre commentaire. Et pour cause: il est absurde.«La Justice française pourrait juger Carlos Ghosn. Mais la justice japonaise tout autant, dans la mesure où ces délits présumés auraient été commis en partie au Japon, au détriment de sociétés japonaises et en overtreding de règles

Cet-artikel est réservé aux abonnés. Il vous reste

73

% à découvrir.

pad>

Abonnez-vous: 1 € pour 3 mois

annuleerbaar à tout moment

Lees Verder

Plaats een reactie