La lutte contre le CO2 condamne les petites autos pas chères

Translating…

Par le30.07.2019 à 08h00 Abonnés

La lutte anti-CO2 renchérit le coût de production des voitures. Pas rentable sur les modèles d’entrée de gamme. Les Peugeot Peugeot 108, Citroën C1, Ford Ka vont disparaître à terme.

La Ford KA

Ford s’apprête à supprimer, d’ici à la fin de l’année, sa petite Ka (10.450 euros en version de base au catalogue, 9.650 en prix remisé), plus abordable que la  Fiesta (13.500 euros) qui demeurera, elle, au catalogue.

Challenges – N. Meunier

Les petites voitures pas chères sont-elles condamnées sur l’autel du CO2? Tel est le paradoxe desnormes extrêmement contraignantes édictées par Bruxelles. Opel a déjà supprimé de son catalogue la petite Karl, la moins onéreuse de sa gamme.Fords’apprête à supprimer, d’ici à la fin de l’année, sa petite Ka (10.450 euros en version de base au catalogue, 9.650 en prix remisé), plus abordable que la  Fiesta (13.500 euros) qui demeurera, elle, au catalogue. ChezPeugeotetCitroën, on est résolu à ne pas remplacer les 108 et C1, coproduites avec Toyota en République tchèque et qui datent de 2014.

Vente des 50% de l’usine de Kolin

PSA a d’ailleurs annoncé en novembre dernier la vente à horizon 2021 de ses 50% du site de Kolin (République tchèque) au Japonais.Volkswagenn’a pas non plus l’intention de trouver des successeurs à sa Up, sortie en 2011, et ses soeurs Seat Mii ou Skoda Citigo. Ces modèles, produits à Bratislava en Slovaquie, seront remplacés par des électriques… Mais pas au même prix. Quant à Daimler, il a annoncé que les mini-véhicules Smart fabriqués en Lorraine seraient arrêtés et remplacés en 2022 par un modèle électrique “made in China”, coproduit avec Geely.

Il est en effet très difficile pour un constructeur de rentabiliser le surcoût de l’anti-pollution sur des petites autos à très faibles marges. C’est d’ailleurs pour diminuer ses émissions que les futures Dacia Logan et Sandero basculeront sur une toute nouvelle plateforme de l’Alliance, la “CMF-B” inaugurée par laRenaultClio V cet été. Dans une version simplifiée. Et ce, dès 2020. Les volumes sont suffisamment importants pour justifier ce basculement chez Renault, qui vend des modèles à bas coûts dans le monde entier (1,35 million d’unités par an sur la même base roulante “B zéro” actuelle. Les Peugeot 108 et Citroën C1 (moins de 200.000 unités par an pour les deux), les Ford Ka ou Opel Karl, ne justifient pas, en revanche, l’investissement, qui n’en vaudrait pas la chandelle par manque d’économies d’échelle.

Avantage stratégique de Renault

Renault a donc ici un avantage stratégique. Et ce, d’autant plus que la nouvelle plateforme offre “une possibilité d’électrification”, explique Marc Suss, directeur de l’entrée de gamme de la firme tricolore. “Pour répondre aux réglementations européennes sur le CO2, il faudra prendre des décisions sur des Dacia électrifiées.” Même si, aujourd’hui, le surcoût d’une hybridation est “trop important pour nous: une Dacia électrique à 27.000 euros (hors incitations fiscales) n’aurait pas de sens”, explique-t-il àChallenges.

“Les nouvelles règles d’émissions obligeront les constructeurs à mettre des milliers d’euros de technologie supplémentaire dans leurs voitures,  explique Max Warburton, analyste chez Sanford C. Bernstein cité parAutomotive News. “Les grandes voitures ont des marges et des prix pour les supporter, pas les petites.” Le segment de l’entrée de gamme sera donc bel et bien déserté… L’automobiliste va donc acheter sa voiture plus cher!

Bruxelles a imposé un plafond d’émissions de 95 grammes de CO2par kilomètre pour les voitures neuves vendues en 2020. Contre 120,5 grammes en moyenne européenne pour l’année 2018 (112 en France). Les amendes seront très lourdes. Et leParlement européen a approuvé mercredi 27 mars, par 521 voix contre 63, l’obligation de réduire encore de 37,5% les émissions de CO2des voitures neuves entre 2021 et 2030.

1 réaction

1 réaction

Notre rubrique Automobile

Lees Verder

Plaats een reactie